garni


garni

garni [ garni ] n. m.
• 1829; p. p. subst. de garnir
Vieilli Maison, chambre meublée, affectée à la location. Loger en garni. meublé.

garni Participe passé de garnir. ● garni nom masculin Vieux. Hôtel meublé ou chambre meublée affectée à la location.

garni, ie
adj.
d1./d Rempli. Une corbeille garnie.
Loc. fig. Avoir la bourse bien garnie.
d2./d Servi avec une garniture (sens 2). Escalope garnie. Choucroute garnie.
(Québec) (En parlant d'un mets de restauration rapide.) Recouvert de tous les ingrédients possibles. Une pizza garnie.

⇒GARNI, -IE, part. passé, adj. et subst. masc.
I. — Part. passé de garnir.
II. — Emploi adj.
A. [En parlant d'un inanimé]
ART CULIN. Choucroute garnie. Choucroute à laquelle sont ajoutées des saucisses, des tranches de jambon (cf. Ac. 1932). Assiette garnie (vieilli). Assiette de charcuteries diverses (cf. Ac. 1932). Plat garni. Viande ou poisson accompagné de légumes. Entrecôte garnie. Le dîner peut comprendre (...) une « viande garnie » dans le cas contraire [si la ration de viande n'a pas été suffisante au déjeuner] (C. BON, Guide-Conseil de la diététique et du bien-être, Paris, B.L.T., 1977, p. 72).
BLAS. Épée garnie. ,,Épée dont la garde est d'un autre émail que la lame`` (Ac. 1835-1932).
DR. Plaider (la) main garnie, les mains garnies. Jouir pendant le procès de ce qui est en contestation. On lui fait un procès, mais il plaide main garnie (Ac. 1835-1932).
Chambre, maison garnie. Chambre, maison qu'on loue fournie de toutes les choses nécessaires (cf. Ac. 1835-1932). Hôtel garni. Hôtel, établissement public où les voyageurs, les étrangers trouvent des chambres garnies à louer sous la surveillance de l'autorité (cf. Ac. 1835, 1878).
B. — [En parlant d'une pers.] Rare. Qui est muni de quelque chose. On faisait des vœux... des prières... tout le temps qu'il était dehors... pour qu'il revienne indemne et garni... il a ramené un pigeon (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 614).
III. — Subst. masc.
A. — Maison, chambre qu'on loue meublée et équipée. L'inconfort des garnis; errer de meublé en garni. Loger en garni (Ac. 1835, 1878), habiter en garni, un garni (Ac. 1932). [] s'élevait une maison garnie (vulgairement un garni, en raison du bas prix de ses loyers) (SUE, Myst. Paris, t. 6, 1843, p. 129). Je commence à en avoir assez de déménager pour changer de puces. Et puis, ce n'est pas tout ça : je m'embête d'être branché en garni (GONCOURT, G. Lacerteux, 1864, p. 224) :
Un homme (...) digne des ménagements d'un patron de garni au mois et à l'heure, en coquetterie lui-même avec la police.
ARNOUX, Gentilh. ceinture, 1928, p. 74.
B. — BÂT. Morceau de pierres que l'on place, avec du mortier, dans les intervalles des pierres de taille (cf. garnissage).
Prononc. : []. Fréq. abs. littér. : 1 844. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 890, b) 4 747; XXe s. : a) 2 410, b) 1 382. Bbg. QUEM. DDL t. 3, 10.

2. garni [gaʀni] n. m.
ÉTYM. 1829; p. p. substantivé de garnir; de hôtel garni, 1724, in D. D. L.
Vieilli. Maison, chambre meublée, affectée à la location. Garno (pop.). || Habiter dans un garni (→ Étudiant, cit. 4). || Loger en garni. Meublé. || Police des garnis. || Logeurs ou loueurs de garnis.
0.1 Ces maisons-là ont, pour la plupart, un aspect sinistre qui n'inspire pas la confiance; de vieilles murailles noires, des fenêtres à guillotines et à petits carreaux (…) enfin pour entrée une allée sombre, noire, sale. Voilà ce que c'est qu'un garni où l'on loge à la nuit.
Ch. Paul de Kock, la Grande Ville, t. I, p. 169 (1842).
1 Elle vit avec une rente de 6 000 francs, en garni, sans femme de chambre, dans la misère.
Flaubert, Correspondance, 91, 2 avr. 1845.
2 Cela sentait la misère honteuse, la misère en garni de Paris.
Maupassant, Bel-ami, I, III.
3 Derrière une porte, un gosse pleurait; ça sentait les cabinets. « C'est un garni », pensa Philippe. Garni, c'était un mot triste qu'il avait lu souvent, dans des romans naturalistes, et toujours avec répugnance.
Sartre, le Sursis, p. 144.
DÉR. V. Garno.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • garni — garni, ie 1. (gar ni, nie) part. passé de garnir. 1°   Muni, pourvu. Une tige garnie d épines. •   M. le duc Mme la duchesse et Mlle de Bourbon avaient trois habits garnis de pierreries différentes pour les trois jours, SÉV. 17 janv. 1680.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Garni — bezeichnet: eine Stadt in Armenien, siehe Garni (Stadt) eine Leistungskategorie im Hotelgewerbe, siehe Hotel garni kurz für Bouquet garni, eine in der mitteleuropäischen Küche oft verwendete Gewürzzusammenstellung …   Deutsch Wikipedia

  • garni — gȃrni [b] (II)[/b] prid. DEFINICIJA koji podrazumijeva noćenje i doručak [garni usluga] ETIMOLOGIJA vidi garni [b] (I)[/b] …   Hrvatski jezični portal

  • garni — gȃrni [b] (I)[/b] (garnȋ) m <G ja> DEFINICIJA term. hotel koji nudi usluge samo noćenja i doručka ETIMOLOGIJA fr. garni …   Hrvatski jezični portal

  • Garni — (franz.), mit dem nötigen Zubehör oder Ausschmückung versehen, besonders von Zimmern, ausmöbliert, daher Chambre garnie, Hôtel g. etc.; in der Goldschmiedekunst soviel wie mit kleinen Edelsteinen, Buckeln etc. eingefaßt (von Ringen, Nadeln u. dgl …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • garni — /gar ni/ agg. fr. [part. pass. di garnir decorare ], usato in ital. come s.m. [albergo privo di ristorante] ▶◀ meublé. ⇑ albergo, hôtel …   Enciclopedia Italiana

  • garni — /fr. ɡaʀˈni/ [vc. fr., part. pass. di garnir «fornire, arredare»] s. m. inv. meublé (fr.), camera con colazione, bed and breakfast (ingl.) …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • garni — Garni, [garn]ie. part. pass. Il a les sign. de son verbe. On appelle, Une chambre, une maison garnie, qui est fournie de tous les meubles necessaires. Chambre garnie à loüer. maison garnie à loüer. il n a point de meubles, il est obligé de loger… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • garni — [gär nē′] adj. [Fr, pp. of garnir, to garnish] garnished: said of food …   English World dictionary

  • Garni — 40° 07′ 10″ N 44° 43′ 23″ E / 40.119444, 44.723056 …   Wikipédia en Français